webGuinée
Camp Boiro Memorial — Bibliothèque


Charles E. Sorry

Charles E. Sorry
Sékou Touré, l'ange exterminateur. Un passé à dépasser.

Paris. L'Harmattan. 1999. 159 p.

Professeur de français actuellement coopérant aux Seychelles, Charles E. Sorry est né en Guinée en 1948, et fit ses études universitaires à Conakry

Le 28 septembre 1958, avec son Non retentissant à De Gaulle représentant la France néo-coloniale, le Guinéen Sékou Touré entrait dans l'Histoire comme « rebelle » , libérateur de son peuple, nationaliste à l'égal du Ghanéen N'Krumah et des autres dirigeants panafricanistes de cette époque prometteuse.
Le 3 avril 1984, le peuple de Conakry n'osait croire la nouvelle : le tyran Sékou Touré était mort et son régime honni allait le suivre dans la tombe !
Entre ces deux dates, 26 ans se sont écoulés qui ont vu s'établir et sévir en Guinée l'une des dictatures les plus destructives, les plus féroces, les plus systématiques du continent Noir. La violence tous azimuts. déchaînée par le régime à travers son parti unique — le PDG —, a forcé à l'exil nombre de Guinéens ; beaucoup d'autres ont fini dans les infâmes geôles des multiples « camps Boiro » parsemant le pays ; le reste de la population urbaine et rurale s' est enfoncé année après année dans une misère globale, terrorisé par les représailles collectives qui succédaient à la découverte des vrais-faux complots de l'ère Sékou.
L'ange Sékou s'est transformé en démon exterminateur. Excellent orateur, le madré Sékou Touré a captivé les foules — militaires, syndicalistes, intellectuels, jeunes el vieux — avant de les réduire à sa merci ; seules les femmes, qui l'ont adulé, lui ont fait perdre la face, un certain mois d'août 1977…
L'auteur a vécu la période enchanteresse des « lendemains qui chantent », avant de sombrer comme ses compatriotes dans le marasme des années de braise « révolutionnaire». Il raconte, analyse, cerne les contradictions flagrantes du régime déchu, en demandant à ses compatriotes de tirer les leçons de ce « passé à dépasser ».


Table des matières

Avant-propos
Introduction

  1. Au seuil de la liberté
  2. La trahison
  3. Le profil d'un tyran
  4. La démocratie met bas la révolution
  5. L'art et la culture en otages
  6. Une étrange révolution
  7. Une révolution et une autre
  8. Le peuple muselé
  9. La société guinéenne au travers du prisme de la révolution
  10. La « révolution culturelle socialiste »
  11. Les points d'appui d'une « révolution populaire » : armée et milice
  12. Les supports politico-idéologiques et structurels du P.D.G.: parti-état, medias, corruption
  13. La religion aux ordres
  14. Au fil des vrais/faux complots
  15. La Guinée : salle de tortures
  16. L'auto-destruction : enseignement, production et commerce
  17. Le 27 août 1977 : la révolte des femmes
  18. Les responsabilités
  19. La fin de Sékou Touré
  20. Vers la seconde république
  21. Pour un nouveau modèle de société

Facebook logo Twitter logo LinkedIn Logo

[ Home | Victimes | Perpétrateurs | Bibliothèque | Recherche | BlogGuinée ]


Contact :info@campboiro.org
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2014 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.