webGuinée
Camp Boiro Memorial
Victimes


Previous Home Next

Keita Fodeba. 1921-1969

Keita Fodeba

Biographie

Bibliographie

Photos

J'ai toujours oeuvré pour l'injustice. J'ai toujours servi cette cause injuste. Pour servir cette cause injuste, j'avais inventé des complots afin de pouvoir faire liquider tous ceux qui étaient susceptibles d'exprimer la volonté du peuple de la Guinée martyre.
Keita Fodeba in O. A. Bâ. Camp Boiro. Sinistre geôle de Sékou Touré

L'assassinat de Fodéba

Fodéba, qui n'avait jamais tenu une houe dans sa main, tint une pioche et une pelle pour creuser sa tombe ; à sa droite, Barry Diawadou creusait la sienne. Les condamnés à mort creusaient leur dernière demeure en pleurant. La nuit était d'encre, les phares des camions, qui les avaient transportés là, trouaient la nuit pour leur permettre de travailler tout en éclairant leur peur. Au bas de la montagne, l'air était plutôt froid mais eux ne sentaient rien. Devant eux et derrière eux, les baïonnettes des pistolets mitrailleurs soviétiques brillaient dans la nuit comme le ventre des poissons qui se retournent dans l'eau de la rivière. Mêlé aux sanglots, on pouvait percevoir le murmure des versets du Coran. Ils étaient tous en tenue bleue de chauffe des détenus. Ils étaient méconnaissables avec leur maigreur extrême et surtout avec leur barbe de plusieurs mois. A gauche de Fodéba, son ami Fofana Karim , ministre des Mines et de la Géologie. Kaman était à l'extrême droite. Il creusait sa tombe sous les baïonnettes de ses soldats d'hier. Depuis 2 heures du matin, ces infortunés creusent. A 4 heures 15 le trou du plus vaillant arrivait tout juste à ses genoux.
— C'est pas fini non ? cria un officier d'escorte.
Pas de réponse, il passa devant chacun, inspecta, tempêta, injuria puis ordonna:
— Reliez vos trous !
Fodéba pleurait ; il regarda Diawadou qui cessa de creuser et qui récitait toujours son « Yasin », un long verset du Coran. Keïta Fodéba relia son trou à celui de Diawadou avec quelques coups maladroits de la pioche, puis parla :
— Ce qui est passé est passé. Tu étais du BAG et moi du RDA. C'est de la politique. Toi et moi sommes maintenant devant Dieu, c'est-à-dire devant la mort ; nous devons nous pardonner nos erreurs d'hier. Vois-tu, nous avons la même tombe. Donnons-nous la main. Tiens, voici la mienne.
Fodéba tendit sa main, Diawadou la refusa et c'est à ce moment que les rafales partirent. Chaque tireur, comme pour s'amuser, vida son chargeur au jugé. Presque tous les corps furent projetés par derrière, en dehors du trou. Un membre du BPN, comme toujours, passa au contrôle, suivi par l'officier qui commandait l'expédition. L'homme politique, lui, supervise et doit rendre compte après à Sékou qui dira un jour : « je n'étais pas seul ». Chaque exécution, de 1959 à 1980, est toujours supervisée par un haut cadre du Parti ou de l'Etat.
Le contrôle fut long. Le nombre de cadavres devait correspondre au chiffre qu'il avait sur le papier , il avait le coeur serré et les pieds pesants, le membre du BPN. Il connaissait parfaitement chacun d'eux. Les corps déchiquetés de ses frères, amis ou camarades étaient là sous ses yeux comme s'ils n'avaient jamais existé. Par routine, il devait donner le coup de grâce mais, par oubli ou manquant de coeur, il ne le fit pas. Son gros pistolet de marque soviétique lui glissait de la main, de sa main pleine de sueur. Il tendit l'arme à l'officier qui le suivait. Ce dernier la prit sans poser de question. Toute question était inutile. Chacun des corps était sans souffle et si le ministre membre du BPN avait là ses amis, lui aussi avait les siens, supérieurs et inférieurs. Leur mission à eux deux était plutôt ingrate, pénible, déchirante, mais l'ordre donné devait être exécuté, se disait-il. Arrivé devant ce qui restait de Keita Fodéba et de Barry Diawadou, le membre du BPN resta plus longuement qu'il ne l'avait fait devant ceux des autres assassinés : Barry Diawadou avait sa tête sur la poitrine de Fodéba dans cette position de deux amants endormis, épuisés d'étreintes ; Fodéba le visage tourné vers le ciel, celui de Diawadou vers la terre.
— Ils furent de grands hommes, prononça le membre du BPN comme pour lui-même. L'officier à ses côtés l'entendit et dit à son tour :
— Tous ceux qui sont là furent grands, n'est-ce pas ?
Le ministre à cette réplique tenta de se ressaisir. Il se raidit, bredouilla mais sa voix le trahissait ; elle avait refusé de quitter sa poitrine pour le suivre dans la reconquête de sa personne. Ils quittèrent enfin les deux cadavres et poursuivirent leur contrôle, mettant un petit trait devant le nom de chaque abattu en s'éclairant d'une torche de poche.
Les phares des camions et ceux de la jeep de commandement trouaient toujours la nuit. Les soldats tireurs étaient derrière eux et ne parlaient pas. Imperceptiblement, le jour grignotait la nuit. Le contrôle terminé, le membre du BPN donna l'ordre de fermer la longue fosse commune.
— Enterrez ! commanda l'officier.
A peine les corvéables se saisirent-ils des pelles qu'un vent formidable se leva et roula sur tout le bas de la montagne comme pour rendre, à la place des humains, un dernier hommage à ces hommes qu'on ensevelissait là, ces hommes qui ont dit non à la domination étrangère, pour dire oui à une Guinée libre, heureuse, ces hommes qui ont fait de longues et bonnes études, qui ont sacrifié leur biens, leurs familles pour que la Guinée vive et prospère, à ces hommes, dis-je, qui nuit et jour, sous le soleil et sous la pluie, ont donné plus que le meilleur d'eux-mêmes à Sékou et à sa prétendue « Révolution » et qui ont piteusement perdu leur vie sans l'avoir pleinement vécue. Aucun d'entre eux, à part Barry Diawadou, n'avait ses 50 ans.
Camara Kaba 41. Dans la Guinée de Sékou Touré : cela a bien eu lieu


Facebook logo Twitter logo LinkedIn Logo

[ Home | Victimes | Perpétrateurs | Bibliothèque | Recherche | BlogGuinée ]


Contact :info@campboiro.org
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2014 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.