webGuinée
Camp Boiro Memorial


David Achkar
Allah Tantou / God's Will /A La Volonté de Dieu
Film dédié à la mémoire d'Achkar Marof
et de toutes les Victimes du Camp Boiro

David Achkar, 1960-1998
David Achkar (1960-1998)

photos-label

Wrenching as well as cathartic, it required a special kind of courage to make this film.
— Philadelphia Inquirer

Webfilm optimisé pour PCs, tablettes et smartphones. Requiert la version courante de Chrome, Firefox, Safari, Opera, Internet Explorer 10 (incompatible avec IE 6, 7, 8 et 9).
Webmovie optimized for PCs, tablets and smartphones. Requires the current version of Chrome, Firefox, Safari, Opera, Internet Explorer 10 (not compatible with IE 6, 7, 8 and 9).

Allah Tantou was the first African film to confront the immense personal and political costs of the continent's widespread human rights abuses. Director David Achkar has described the origins of his film:

Allah tantou Gods' Will

“Every year Amnesty International publishes a list of countries where human rights are ignored, including the estimated number of those unjustly imprisoned and executed in each. My father was one of those who died anonymously. In 1996, by a strange twist offate, an envelope containing letters written by my father in prison was brought to me. Years later, still trying to make my first film, I watched some home movies my father had shot and then opened that envelope for the first time. I decided immediately to make Allah Tantou.”

Using these movies and letters, as well as newsreels and dramatization, David Achkar reconstructs his father's life which closely parallels the rise and fall of Africa's own hopes for independence. A graduate from Ecole technique Breguet of Paris and choreographer of the Ballets Africains of Keita Fodeba, Marof Achkar became a prominent figure in Sekou Toure's post-colonial government. As Guinea's U.N. ambassador — where he replaced Telli Diallo — he was an articulate international spokesman for African causes, also the chairman of the Special Committee on Apartheid and a close colleague to Secretary general U Thant (Burma). Recalled to Conakry in 1968, he was imprisoned and secretly executed in 1971. His family was expelled from Guinea and was only notifted of his demise after Toure's death in 1984.

Now, Allah Tantou, a son's moving tribute to his father, takes its place as part of Africa's painful reappraisal of its past and the unfolding debate about its future.


Allah Tantou fut le premier film africain à confronter les conséquences personnelles et politiques énormes des violations des droits de l'homme endémiques sur le continent. Le réalisateur David Achkar explique ainsi les origines du film :

« Chaque année Amnesty International publie une liste de pays où les droits de l'homme sont ignorés et donne un nombre estimatif de personnes injustement emprisonnées et exécutées dans chaque état. Mon père fut l'un de ceux qui moururent anonymement. En 1996, par un étrange acte du sort, je reçus une enveloppe contenant des lettres écrites en prison par mon père. Des années plus tard, cherchant toujours à tourner mon premier film, je regardai des vidéos de famille prises par mon père, et j'ouvris l'enveloppe pour la première fois. Je décidai immédiatement de faire Allah Tantou. »

Utilisant les vidéos et les lettres paternelles, ainsi que les reportages et la mise en scène cinématographique, David Achkar reconstitue la vie de son père, qui fut parallèle à la montée et à l'effondrement des espoirs de l'Afrique, nés de l'indépendance. Ancien élève de l'Ecole technique Breguet de Paris et choréographe des Ballets Africains de Keita Fodeba, Marof Achkar devint une personnalité éminente dans le régime post-colonial de Sékou Touré. En tant que représentant de la Guinée à l'ONU — où il remplaça Telli Diallo —, il fut un ambassadeur et porte-parole international éloquent pour les causes africaines, président de la Commission spéciale sur l'Apartheid et un proche collaborateur du Secrétaire général U Thant (Birmanie). Rappelé à Conakry en 1968, il fut emprisoné et secrètement fusillé en 1971. Sa famille fut expulsée de Guinée et ne reçut notification de sa mort qu'après la disparition de Touré en 1984.

A présent, Allah Tantou, un hommage émouvant du fils au père, s'inscrit dans le ré-examen douloureux du passé de l'Afrique et dans le débat continu sur son futur.

Remerciements Témoignages
Rosemonde Achkar Marie-Odette Kantara
André Davanture & Atria Alpha Abdoulaye Portos Diallo, auteur La vérité du ministre
Office national du Cinéma de Guinée & Costa Diagne  
Radio Télévison Guinéenne & Alpha Kabiné Keita
Ministre de la Justice, Facinet Touré
Michel Brunet & Raphaël Vion
Ministère de la Coopération, France
Luc Belin & Charles Drieu, Ercidan
Souleymane Achkar
Lumumba Achkar
Alain Agbo, Antoine Alecaurt, Laetitia Coia,
Bruce Comte, Théodore Dagnon, David Pierre Fila,
Dominique Filio, Basilia Galou, Lorna & Hubert
Hadjimalis, Balufu Bakupa Kanyinda
Cdt. Kaba 41 Camara, auteur
Dans la Guinée de Sékou Touré, cela a bien eu lieu
Emmanuel Kantara
Marc Lavadière, Claude Le Gallou, Emmanuel Maintigneux,
Christine Mamakos, Pascaline Mignon, Angèle, Marthe & Jean Montanary
Jean-Pierre Ndiaye
Alexandre Pelletier

Acteurs Equipe technique
Michel Montanary (dans le rôle de Marof Achkar) Directeur de la photographie : Anne Mustelier
Image : Corine Apriou, Jenny Keguiner, Florence Moniquet
Photographie de plateau : Vincent Henrard
Jean-Baptiste Tiémélé Montage : Anne Guerin-Castell, assistée de Maritchu Thill
Pierre Saintons Son : Frédéric Gourment, Olivier Lamarche
Baaron Décor : Guy Galleran
Pierre Makanda Maquillage : Arnaud Clément
Josis Boisdur Assistants de réalisation : Dominique Filio, Carole Légitimus
Avec les voix (Soussou) de :
Ali ak Kaba
Mohamed Camara
Nabie Diakité
Electriciens : Servanne Le Jamtel, Ilies Khelifi
Machiniste : François Bert
Production: Emmanuel Vernières
Caméra : Chevereau
Lumière : Archibald Films
Décor : Studio Marcadet
Montage : Pathé
Pellicule : Kodak
Enregistrement musique : Studio Patino
Repiquage : Copra
Mixage : Frédéric Legrand
Laboratoire : Telcipro
Effets spéciaux : Ercidan

Audio-Video encoding (HandBreak, ffmpeg2theora, QuickTime Pro),
HTML5 Responsive Web Design (PC, tablet, smartphone): Tierno S. Bah

Download Drug Discovery Standards

[ Home | Victimes | Perpétrateurs | Bibliothèque | Recherche | BlogGuinée ]


Contact :info@campboiro.org
webGuinée, Camp Boiro Memorial, webAfriqa © 1997-2013 Afriq Access & Tierno S. Bah. All rights reserved.